Clichés stéréoscopiques de la Première Guerre mondiale : un objet d’étude pour la classe de 3e

Les élèves de la classe de 3e A du Collège Sévigné de Monsieur Paul Micheneau (professeur d’histoire géographie) ont eu l’opportunité de découvrir un fonds d’archives de clichés stéréoscopiques sur la Première Guerre mondiale.

Ces archives photographiques ont été données au Collège par Madame Claire Luçon, référente culturelle et ancienne bibliothécaire de l’établissement ; avant elle, elles ont appartenu à un membre de sa famille.

Le principe de la stéréoscopie est de mettre côte à côte sur un support unique deux images ayant un léger décalage, du point de vue du cadrage, pour créer une impression de relief. Dans le cas de l’archive de Mme Luçon, elles sont conservées sur des plaques de verre stéréoscopiques1. Les élèves de la classe ont étés impressionnés par la profondeur des images rendue par l’utilisation du stéréoscope, qui est le nom donné à la visionneuse binoculaire nécessaire à la lecture des plaques.


J’estime incroyable que ces images, datant de plus de 100 ans, aient pu être conservées. […] On pourrait passer des heures à faire défiler ces photos, car on est transporté dans une autre période historique que la nôtre. Aucun autre appareil (type écran de nos téléphones) ne procure la sensation que l’on ressent en tenant le stéréoscope entre ses mains.

Témoignage d’élève de 3e A au Collège Sévigné


La grande majorité de ces clichés n’est pas datée – un seul porte la mention explicite de l’année 1916 – mais leur contenu iconographique permet de déduire qu’ils concernent tous la Grande Guerre. Ce fonds est constitué de 113 clichés qui relatent le conflit en France et d’un cliché relatif à Bruxelles. Édités chez E. Crumière (IIe arr. de Paris), ces clichés ont été pris par les Poilus eux-mêmes, parfois appartenant à la Section photographique de l’Armée, fondée en 19152.

Cliché n°233 “Route de Tahure (n.d.a. : Marne) – 0116 un boyau” vu depuis l’objectif du stéréoscope, ce qui permet de mesurer la profondeur de l’image.

D’un point de vue pédagogique, l’usage de ce fonds vient nourrir l’étude du premier thème d’histoire de la classe de troisième, à savoir “L’Europe, un théâtre majeur des guerres totales (1914-1945)”. L’utilisation de ces clichés permet aux élèves d’observer des images de moments de vie concrets des Poilus mais aussi de divers événements capturés par l’image (destruction de ville, défilés de l’armistice, …) à travers une source d’époque. Dans leurs récits de retour d’expérience, les élèves d’aujourd’hui sont nombreux à avoir souligné le réalisme des photos ainsi que leur qualité, alors même qu’il s’agit de sources ayant désormais plus d’un siècle !

Les clichés stéréoscopiques du fonds Luçon sont disponibles à la consultation auprès du service des archives du Collège Sévigné, sur rendez-vous, l.decraene@collegesevigne.fr.

Nuage de mots rassemblant les principaux termes utilisés
par les élèves à la suite du visionnage des photos.



Citer ce billet
Lucas Decraene (2023, 12 octobre). Clichés stéréoscopiques de la Première Guerre mondiale : un objet d’étude pour la classe de 3e. Institut de Recherche du Collège Sévigné (IRCS). Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://ircsevigne.hypotheses.org/836

  1. Voir l’article du carnet Hypothèses “Archives nationales, carnet de recherche. Explorer et discuter la complexité des archives” sur les fonds des Archives nationales : https://labarchiv.hypotheses.org/136 []
  2. Sur cette question, voir l’article d’Hélène Guillot, “La section photographique de l’armée et la Grande Guerre. De la création en 1915 à la non-dissolution”, Revue historique des armées, n°258, 2010, p. 110-117. URL :  https://journals.openedition.org/rha/6938 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search