Véra Iger (1888-1942), Dactylographe sous l’Occupation – Partie 1

Le nom de Véra IGER est apparu à plusieurs reprises lors de l’enquête que nous avons menée pour honorer la mémoire des anciens et anciennes élèves du Collège Sévigné, morts en déportation1. Ecrire l’histoire de l’établissement durant la Seconde Guerre nous conduit à découvrir non seulement les destinées des élèves qui y sont scolarisés mais encore celles des femmes et des hommes qui y travaillent. Vera IGER était de ceux-là, mais personne jusqu’ici ne semblait avoir pris la peine de reconstituer son parcours. Quelles fonctions exerçait-elle au sein du Collège ? De quel milieu provenait-elle ? Cet article met en lumière la reconstruction du parcours de cette jeune femme à partir des pièces étudiées par notre archiviste, Lucas Decraene.

Son nom n’apparaît qu’à une seule reprise dans le Livre du Centenaire du Collège. Dans le témoignage conjoint de Françoise Benhamou-Teissier, Josèphe Massé-Cardin et Denise Vincent-Poujol, on peut lire : “Madame Lizerand, Mademoiselle Yger secrétaire des cours par correspondance, furent également arrêtées2”. Son nom, avec la même orthographe modifiée (“Y” au lieu de “I”), revient dans le témoignage laissé par Josèphe Massé-Cardin : “La liste est longue des gens internés, déportés ou décapités des professeurs du collège : M. Marouzeau, Mme Lizeran, M. Bourgin, Mlle Chevrillon, Mlle Yger […].3” .

Que recouvrait, au juste, la mission de “secrétaire des cours par correspondance” de Vera IGER ? Ce type de cours est en usage à deux moments différents dans l’histoire du Collège Sévigné. Tout d’abord, il est introduit durant l’entre-deux-guerres, en 1923-1924, pour la préparation à l’agrégation de mathématiques que suivent une jeune fille résidant à Marseille et, une autre résidant à Carthage (Tunisie)4. Durant la Seconde Guerre mondiale, ensuite, des cours par correspondance sont introduits pour les classes du secondaire du Collège, suite à la fermeture de l’établissement entre la rentrée d’octobre 1939 et le mois de janvier 1940. Le plus vraisemblable est qu’elle a été recrutée avant le début de la guerre pour s’occuper des cours par correspondance de l’agrégation.

Page du registre du Collège Sévigné qui mentionne
les premiers cours par correspondance connus.

Les témoignages la concernant nous ont conduits à sonder la base de données du Mémorial de la Shoah. Le nom de “Vera Iger” n’y apparaît qu’une seule fois, associé au 28 rue Pierre-Nicole à Paris, l’adresse du Collège Sévigné. Trois documents permettent d’en savoir un peu plus sur son identité : deux fiches de renseignements remplies à la préfecture de police et au camp d’internement de Drancy, et une fiche listant les noms des déportés partis de Drancy.

Véra Iger est née le 1er mai 1888 à Tarnapol (actuelle Moldavie). Elle est identifiée comme réfugiée russe. Peut-être a-t-elle fui la révolution russe de 1917, seule ou accompagnée de sa famille ? Elle se déclare dactylographe, ce qui coïncide avec le témoignage du Livre du Centenaire. Elle est domiciliée au 28 rue Pierre Nicole dans la fiche de renseignement de Drancy et dans la liste de déportation, et au 2 rue Berthollet dans le Ve arrondissement de Paris dans le troisième document. Elle a été déportée à Auschwitz au sein du convoi n°10 du 24 juillet 1942, depuis Drancy où elle avait été internée.

Le recensement de la ville de Paris de l’année 1936 permet de confirmer son domicile au 2 rue Berthollet. Sans doute a-t-elle mentionné également le 28 rue Pierre-Nicole comme lieu de travail. Aucun autre membre de sa famille n’est mentionné sur le fichier de recensement. Il semblerait que le bâtiment située au n°2 de la rue Berthollet soit un hôtel étant donné les origines variées des habitants et la présence d’un “hôtelier” comme premier habitant inscrit à ce numéro. Véra Iger logeait donc à cet endroit en 1936, sans qu’on puisse établir en quelle année elle y était arrivée.

Véra Iger décède dans le camp de la mort d’Auschwitz Birkenau le 20 août 1942 d’un arrêt cardiaque et circulatoire. Une fiche à son nom est remplie dans les Sterbebücher (registres des morts) du camp. Y figurent également les noms de ses parents : Paul Iger et Fanny Iger, née Lubovich. Le nom de famille de la mère de Véra laisse penser qu’elle pourrait être de confession juive. Bien que se définissant comme catholique sur ce même registre, en vertu de l’idéologie raciale de l’Allemagne nazie, elle a pu être considérée comme juive aux yeux des Occupants. Voici les éléments que nous possédons à propos de cette femme, assassinée à l’âge de 54 ans.

Elle a occupé une fonction essentielle au sein du Collège Sévigné en tant que dactylographe des cours d’agrégation5, tels que l’exemple ci-dessous, datant de 1927 : l’exemplaire le plus ancien de cours de concours dont nos archives gardent la trace. En évoquant ici son parcours, le Collège Sévigné honore sa mémoire.

Archives du Collège Sévigné : le plus ancien cours d’agrégation (en l’occurrence Histoire) date de 1927.

La Galerie des portraits permet de mettre en lumière les destinées des membres de la communauté du Collège Sévigné : anciennes et anciens élèves, membres du corps enseignant ou encore de l’administration.



Citer ce billet
Lucas Decraene (2023, 8 novembre). Véra Iger (1888-1942), Dactylographe sous l’Occupation – Partie 1. Institut de Recherche du Collège Sévigné (IRCS). Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://ircsevigne.hypotheses.org/536

  1. Voir par exemple la page dédiée aux travaux réalisés par des élèves []
  2. Collectif, Collège Sévigné, Le Livre du Centenaire 1880-1980, Paris, Nathan, 1982, p. 114 []
  3. Josèphe Cardin, “Une “Amie des Juifs” parle”, Le Monde Juif, n°135, 1989, p. 109 []
  4. La première a été reçue 7e à l’agrégation en 1924. L’envoi des cours d’agrégation par correspondance n’a jamais cessé dans le supérieur à Sévigné, et s’apprête donc a fêter son premier centenaire. []
  5. Sur l’histoire des cours d’agrégation du Collège, voir notamment cette page []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search