Marie-Joséphine de Marchef-Girard (1827-1891), fondatrice et première directrice du Collège Sévigné

Marie-Joséphine de Marchef-Girard1 est une pédagogue française engagée pour l’enseignement secondaire et professionnelle des jeunes filles. Membre de la Société pour la Propagation de l’Instruction parmi les Femmes (la SPIF) depuis sa création en 1872, elle a été choisie pour diriger d’abord l’Ecole Normale Sévigné de Neuilly – transférée à Sèvres en 1881 – puis, à partir de 1880, le Collège Sévigné2. Cet article propose de revenir sur sa vie, ses actions et son implication, en tant que fondatrice et première Directrice, à la tête du Collège Sévigné.


Eléments biographiques

Marie-Joséphine de Marchef-Girard est née le 5 août 1827 à Autun en Saône-et-Loire. Fille de Nicolas Girard (1797-1862), marchand de vin en gros, et de Marie Joséphine Louise Roidot (1802-1868), sans profession. Elle a deux frères plus âgés qu’elle : Claude Philibert (né en 1824 à Autun) et René Girard (né en 1825 à Autun).

Elle est d’abord sous-maîtresse à Mâcon entre 1847 et 1849 puis passe les brevets de capacité élémentaire et supérieure3. Nous retrouvons sa trace dans les années 1860 où elle rejoint l’atelier maçonnique, Le Temple des familles, créé par Luc-Pierre Richard-Gardon qui acceptait non seulement des hommes mais également des femmes et des enfants4. Elle y côtoie d’autres “aristocrates, bourgeoises aisées, cultivées, féministes, intellectuelles et artistes”5 comme Jeanne-Marie Poinsard dite Jenny d’Héricourt (1809-1875), écrivaine féministe et révolutionnaire. Cet atelier est tourné vers les questions d’éducation et d’émancipation féminine. Ce groupe n’ayant qu’une courte existence (créé en 1860 et dissout en 1864), Marie-Joséphine de Marchef-Girard s’illustre dans le même temps dans la fondation de la première école professionnelle (dite Ecole Elisa Lemonnier) située au 9 rue de la Perle dans le 3e arrondissement de Paris, établissement transféré au 23 rue de Turenne peu après par manque de place. Elle est, dans ce cadre, membre de la Société pour l’enseignement professionnel des femmes.

Jenny d’Héricourt
Elisa Lemonnier

En 1870, elle fait partie, notamment avec Julie-Victoire Daubié (1824-1874)6, d’un “comité de dames7” de la ville de Paris pour les questions relatives à l’instruction des femmes et aux salles d’asile8, puis elle participe à l’inauguration de “cours publics et gratuits destinés aux aspirants-instituteurs et aux aspirantes-institutrices9”.

Deux ans plus tard, en 1872, membre de la jeune Société pour la Propagation de l’Instruction parmi les Femmes (SPIF), elle participe à la fondation de l’Ecole Normale Sévigné de Neuilly. En 1880, le Collège Sévigné est ouvert au 10 rue de Condé à Paris et l’Ecole Normale Sévigné est transférée de Neuilly à Sèvres au 26 rue Troyon, sur les bords de Seine l’année suivante. Elle assure alors la direction de ces deux établissements, jusqu’en 1883 pour le premier, et au moins jusqu’en 1888 pour le second. Annoncée comme partant diriger l’école secondaire d’Alger10, elle s’emploie finalement à la création de l’école Monceau au 153 rue de Wagram dans le 17e arrondissement de Paris11. Adolphe Brisson rapproche d’ailleurs en 1884 le Collège Sévigné de l’Ecole Monceau dans un article de la revue L’enseignement secondaire des jeunes filles dirigée par Camille Sée12.

En 1884, Marie-Joséphine de Marchef-Girard est nommée inspectrice générale des écoles primaires supérieures de jeunes filles et des relations avec les comités de patronage. Elle est également chargée du renseignement sur l’administration quant à la situation matérielle, intellectuelle et morale des boursiers de l’Etat en 1885. La même année, elle reçoit le grade d’officier d’académie13 En 1887, elle est finalement nommée inspectrice générale des écoles maternelle. L’année suivante, elle est chargée de missions d’inspection concernant des cours d’enseignement professionnel dans les écoles primaires supérieures publiques de jeunes filles14.

L’importance de Marie-Joséphine de Marchef-Girard s’illustre notamment par sa présence au sein de la commission pour la préparation de l’exposition de l’enseignement primaire public appartenant à la classe VI de l’exposition universelle de 1889 à Paris15. En 1891, alors âgée de 63 ans, elle effectuait toujours des tournées d’inspection, comme en témoignent les annonces de sa mort parues la même année dans la presse :

L’Estafette, 19 mai 1891, p.4.

Marie-Joséphine de Marchef-Girard a ainsi contribué de manière décisive à la création de plusieurs établissements scolaires et il est grand temps que son rôle soit mieux reconnu.

Dans les différents livres anniversaires du Collège Sévigné, à l’occasion de ses vingt-cinquième (1905), cinquantième (1930) et centième anniversaires (1980), la figure de Mathilde Salomon, deuxième Directrice du Collège, éclipse systématiquement celle de Marie-Joséphine de Marchef-Girard, pourtant première Directrice, et fondatrice du Collège Sévigné. Dans le livre du Centenaire, par exemple, Mme Fédoroff, en charge de la supervision de l’ouvrage, témoigne qu’il a été très difficile d’obtenir des informations sur Mlle de Marchef-Girard : “On se heurtait alors à la fondation elle-même du Collège : d’où venait cette directrice qui avait précédé Mathilde Salomon ? Recherches qui, comme on a pu le voir, n’ont guère abouti : un acte de naissance, une lettre autographe, des romans, c’est tout ce qu’il reste de Mlle Marchef-Girard16.” Plus encore, lors des obsèques de Mathilde Salomon en 1909, Michel Bréal, pourtant à l’origine de la fondation du Collège, indiquait que Mathilde Salomon a été nommée à la tête du Collège Sévigné “à la mort de Mlle de Marchef-Girard((L”univers israélite du 24 septembre 1909 p.23))”. Le présent article propose donc de réhabiliter cette figure fondatrice de l’histoire du Collège Sévigné.

Seul le témoignage de Mme Jeanne Paul Crouzet Benaben permet de rendre une forme d’humanité à cette femme oubliée de l’histoire : “sa menue silhouette, sa petite tête aux boucles argentées, son sourire aimable et fin((Jeanne Paul Crouzet Benaben Souvenirs d’une jeune fille bête. Souvenirs autobiographiques d’une des premières agrégées de France, Paris, 1971, p. 144))”. Récemment, le Collège Sévigné a fait l’acquisition d’une série de photographies donnant à voir l’Ecole Normale Sévigné de Sèvres, dirigée dès 1880 par Marie-Joséphine de Marchef-Girard,  à cette date également première directrice du Collège Sévigné de Paris. Sur ces photos, une silhouette semble correspondre à la description de la directrice par Mme Jeanne Paul Crouzet Benaben, par exemple dans la photographie ci-dessous cette femme assise, quelques fleurs à la main, lisant un livre avec une élève qui pose sa main sur son épaule :

“Femme de lettres17

Marie-Joséphine de Marchef-Girard est également connue à son époque comme autrice de nombreux ouvrages relatifs à l’éducation professionnelle, aux jeunes filles et aux femmes. Elle a également écrit quelques romans.

Voici la liste exhaustive de ses ouvrages :

  • Marie-Joséphine de Marchef-Girard. Paquita ou les Destins. Paris, Louis Chappe, 1854.
  • Marie-Joséphine de Marchef-Girard. Les Chroniques de Lyon, Lyon, E.-B. Labaume, 1854.
  • Marie-Joséphine de Marchef-Girard. Augustine Millot, 3 vols, Paris, Louis Chappe, 1856.
  • Marie-Joséphine de Marchef-Girard. Les femmes. Leur passé, leur présent, leur avenir, Coulommiers, imp. Moussin, 1860.
  • Marie-Joséphine de Marchef-Girard. Ecole centrale pédagogique. Discours d’ouverture prononcé par Mlle J. de Marchef-Girard, le 12 décembre 1860, in-8°, Paris, impr. Martinet, 1861.
  • Marie-Joséphine de Marchef-Girard. Des facultés humaines et de leur développement par l’éducation, Saint Germain, imp. Toinon et Ce, 1865.
  • Marie-Joséphine de Marchef-Girard. Cours d’économie domestique à l’usage des écoles normales, lycées, collèges, pensionnats, écoles primaires. Paris, Librairie A. Picard et Kaan, 1886.

Son Cours d’économie domestique, paru en 1886, quelques années avant sa mort, a fait partie des ouvrages recommandés pour les programmes d’enseignement dispensés dans les maisons d’éducation de la légion d’honneur, comme en témoigne sa présence sur la liste parue au Journal Officiel de la République française de 1911 par exemple18. Cet ouvrage paraît avoir été relativement important, notamment pour être donné aux jeunes élèves telles qu’à Laignes en Côte d’or, où les 9 filles reçues au certificat d’études primaire de 1914 ont obtenu un exemplaire du livre comme prix19.

Marie-Joséphine de Marchef-Girard, première Directrice et fondatrice du Collège Sévigné à Paris, membre éminente, dès ses débuts, de la Société pour la propagation de l’instruction parmi les femmes est donc une féministe importante de la société française du XIXe siècle. Cet article a permis de dresser un portrait de ses diverses actions au cours d’une vie riche, tournée vers l’essor des jeunes filles et des femmes.


La Galerie des portraits permet de mettre en lumière les destinées des membres de la communauté du Collège Sévigné : anciennes et anciens élèves, membres du corps enseignant ou encore de l’administration.



Citer ce billet
Lucas Decraene (2024, 21 mai). Marie-Joséphine de Marchef-Girard (1827-1891), fondatrice et première directrice du Collège Sévigné. Institut de Recherche du Collège Sévigné (IRCS). Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://ircsevigne.hypotheses.org/2547

  1. Née Girard, elle adopte le nom de sa grand-mère paternelle (Demarchef) dans la plupart des documents où elle apparaît. Parfois orthographiée Marcheff, Marecheff ou de Marchef, nous adoptons dans cet article l’orthographe suivante : de Marchef-Girard. []
  2. Pour découvrir les origines du Collège Sévigné depuis la création de l’Ecole Normale de Neuilly, vous pouvez vous reportez à cet article en suivant ce lien []
  3. Isabelle Havelange, Françoise Huguet, Bernadette Lebedeff, « MARCHEF-GIRARD Marie Joséphine de », dans Les inspecteurs généraux de l’instruction publique. Dictionnaire biographique 1802-1914, Paris, Institut national de recherche pédagogique, 1986, p. 493. []
  4. Sur cet atelier novateur durant le Second Empire, voir Gisèle et Yves Hivert-Messeca, Femmes et Franc-Maçonnerie. Trois siècles de franc-maçonnerie féminine et mixte en France (de 1740 à nos jours), Paris, Dervy, 2015 [1997], p. 313-330 []
  5. Gisèle et Yves Hivert-Messeca, Femmes et Franc-Maçonnerie. Trois siècles de franc-maçonnerie féminine et mixte en France (de 1740 à nos jours), Paris, Dervy, 2015 [1997], p. 325 []
  6. Militante des droits des femmes, première femme française à s’inscrire aux épreuves du baccalauréat à Lyon en 1861 et à l’obtenir ainsi que première femme licenciée ès lettres en 1871 []
  7. Le Soir, 22 octobre 1870, p. 2 []
  8. Les salles d’asile sont des premières formes de garderies pour les jeunes enfants. Sur les salles d’asile, voir Jean-Noël Luc, L’invention du jeune enfant au XIXe siècle. De la salle d’asile à l’école maternelle, Paris, Belin, 1997. []
  9. Le Rappel, 17 novembre 1870, p. 2 []
  10. Le Rappel, 7 août 1882, p.4 []
  11. Le Globe, 5 octobre 1883, p.3-4. Cette école existe de 1883 à 1894, année de la dissolution de la société anonyme à sa tête []
  12. Adolphe Brisson, “L’Ecole Sévigné et l’Ecole Monceau”, L’enseignement secondaire des jeunes filles, 1884, vol. 5, p. 19-21 []
  13. Journal de l’enseignement, 18 juillet 1885, p. 2. []
  14. Isabelle Havelange, Françoise Huguet, Bernadette Lebedeff, « MARCHEF-GIRARD Marie Joséphine de », dans Les inspecteurs généraux de l’instruction publique. Dictionnaire biographie 1802-1914, Paris, Institut national de recherche pédagogique, 1986, p. 493. []
  15. Arrêté du 4 avril 1887 instituant une Commission ayant pour objet la préparation de l’exposition de l’enseignement primaire public devant faire partie de la classe VI de l’Exposition universelle de 1889 []
  16. Collectif, Collège Sévigné, Le Livre du Centenaire 1880-1980, Paris, Nathan, 1982, p. 41 []
  17. Marie-Joséphine de Marchef-Girard est décrite ainsi dans Catherine Nicault, « Mathilde Salomon, pédagogue et pionnière de l’éducation féminine (Phalsbourg, 14-décembre 1837 – Paris, 15 septembre 1909) », Archives Juives, 2004/1, vol. 37, p. 130. []
  18. Journal Officiel de la République française, 28 avril 1911, p. 1221 []
  19. Le Progrès de la Côte-d’Or, 12 juin 1914, p. 2 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search