L’Ecole des parents : “Dans le cerveau des ados” avec LaPsyDE (2)

– Retour sur la troisième conférence de l’Ecole des parents 2023-2024 –


Le jeudi 18 janvier 2024, Arnaud Cachia, Professeur de neurosciences cognitives à l’Université Paris Cité, membre de l’Institut Universitaire de France et chercheur au LaPsyDÉ, est venu à la rencontre de la communauté éducative du Collège Sévigné pour proposer une conférence sur la question du stress et du cerveau des adolescents.

M. Cachia a d’abord rappelé que le cerveau des adolescents évoluait jusqu’aux environs de 25 ans. Toutes les zones cérébrales ne mûrissent pas au même rythme :

  1. Région de la perception visuelle,
  2. Régions centrales : compétences sensori-motrices,
  3. Régions préfrontales : liées au raisonnement,
  4. Régions temporales : compétences sociales.

L’adolescence est une période particulière car une asynchronie du développement cérébral se produit : les régions de contrôle (cortex préfrontal) ont une maturation plus tardive que la zone émotionnelle (système  limbique).

M. Cachia est ensuite revenu sur la question du stress. En 1926, Hans Seyle définit le stress comme l’ensemble des mécanismes qui permettent de s’adapter à un environnement donné et à ses changements. Le stress est défini à travers des aspects physiologiques mais aussi psychologiques. Il faut, dès lors, distinguer deux types de stress :

  • Le stress aigu, ponctuel, lié à une évaluation ou à la prise de parole (aspects psychologiques) ou bien lié à la faim, à la soif, au sommeil ou encore à l’immobilisation en classe (aspects physiologiques) ;
  • Le stress chronique, long, répété et prédictible, lié par exemple au harcèlement scolaire ou encore au contexte lié à la pandémie de Covid.

M. Cachia rappelle qu’il existe un bon et un mauvais stress. Les situations de stress sont essentielles à la vie. Cependant, il faut atteindre un équilibre vis-à-vis d’elles : sans stress, l’individu est en sous-stimulation. A l’inverse, en stress sévère, l’individu développe de l’anxiété, voire de la détresse. Le stress est aussi lié à des variables individuelles : certains facteurs s’avèrent stressants pour les uns, moins ou pas du tout pour les autres. Pour une même personne, au fil de la vie, des situations seront plus ou moins stressantes également.

M. Cachia en est venu par la suite aux attitudes adoptées face au stress : la peur, le combat ou bien la fuite. Deux systèmes de stress sont à retenir :

  • Le système SNA (Système Nerveux Autonome) qui s’active tout de suite en cas de situation stressante et qui revient à la normale 1H30 plus tard. Il est lié à l’adrénaline et permet de donner de l’énergie et de rendre l’individu plus efficace. Si le stress est trop important, il altère les régions cérébrales liées à la mémoire, au raisonnement et aux émotions.
  • Le système HPA (Hypothalamique Pituitaire Surrénalien) qui agit 20 à 30 minutes après le surgissement du stress. Il est lié au cortisol qui sert de calmant. Il attaque les trois mêmes régions cérébrales que l’adrénaline.

De manière générale, le stress a un impact considérable sur l’ensemble du métabolisme de l’individu soumis au stress. Un stress intense limite la multiplication neuronale par exemple. Le stress peut également jouer sur le processus de mémorisation. En fonction du moment où survient le stress (avant ou après les phases d’apprentissage), il peut être bénéfique ou délétère.

Finalement, M. Cachia a formulé quelques conseils via les réponses aux questions des parents :

  • Une activité physique régulière, des activités de loisirs et du temps avec ses proches participent à un environnement moins stressant.
  • Les jeux vidéo peuvent être un élément de vie sociale chez les adolescents. Ils peuvent également développer leur attention. Attention cependant à respecter le sommeil des adolescents et à ce qu’ils ne deviennent pas un loisir unique.
  • Priver un enfant de stress peut être délétère. Une petite dose de stress permet un bon développement à l’âge adulte.
  • Lorsque le stress de l’adolescent devient difficile à maîtriser, il ne faut pas sous-estimer le recours à un accompagnement psychologique ou bien à des méthodes comportementales efficaces (ex : cohérence cardiaque).
  • Le stress est lié à l’alimentation. Une alimentation avec un indice glycémique haut est délétère. Le café consommé avec excès peut générer du stress supplémentaire.

Avec le laboratoire LaPsyDé, Arnaud Cachia lance une étude, MYELEX, sur le rôle de la myéline. Les volontaires doivent être des enfants entre 10 et 25 ans. Ils effectueront une IRM et des exercices cognitifs.


A la rentrée 2023, le Collège Sévigné inaugure “L’Ecole des parents“, une modalité nouvelle de rencontres entre l’établissement et les familles, ayant pour objectif de favoriser les échanges entre les adultes encadrants à l’école et les adultes encadrants à la maison.

Depuis son origine, le Collège Sévigné pratique la co-éducation : l’école a été créée par des parents d’élèves en 1880. Michel Bréal (1832 – 1915), linguiste et membre de la Société pour la Propagation de l’Instruction parmi les Femmes (SPIF), par exemple, compte parmi les fondateurs du Collège Sévigné et de l’Ecole Alsacienne, et sa fille, Clothilde Bréal (1870 – 1946) fut la toute première élève inscrite au Collège Sévigné.

Par ailleurs, la formule “Ecole des parents” n’est pas nouvelle. Elle a une histoire tout au long du XXe siècle : c’est Mme Marguerite Lebrun-Vérine qui crée en 1929 la première Ecole des parents toujours dans le but de créer les conditions d’une co-éducation réussie, reconnue d’utilité publique en 1956. Par la suite, en 1949 est également créée une revue du même nom toujours active aujourd’hui. 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Lucas Decraene (25 janvier 2024). L’Ecole des parents : “Dans le cerveau des ados” avec LaPsyDE (2). Institut de Recherche du Collège Sévigné (IRCS). Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://ircsevigne.hypotheses.org/2285


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search