Les origines du Collège Sévigné : Neuilly-Sèvres-Paris

Le Collège Sévigné, établissement secondaire laïque pour les jeunes filles, ouvre ses portes le 3 novembre 1880 au 10 rue de Condé dans le VIe arrondissement de Paris. Cet article propose de revenir sur les origines de cette fondation1.


Avec l’avènement de la Troisième République française, en 1870, et alors que des expériences réussies d’enseignement professionnel des femmes avaient été menées sous le second Empire, grâce à Elisa Lemonnier2 et, déjà, Joséphine de Marchef-Girard3, un groupe d’amis se réunit en 1871 pour former la société pour la propagation de l’instruction parmi les femmes (SPIF) : composée de femmes, dont Joséphine de Marchef-Girard, et de personnalités d’envergure nationale comme Frédéric Passy4 ou Emile Levasseur5. Ils fondent, sur fonds privés, une École Normale primaire de jeunes filles à Neuilly, qui ouvre en 1872, 7 ans avant la loi Paul Bert qui oblige chaque département à se doter d’une École Normale primaire de filles et de garçons6. Cette École Normale primaire avait vocation à former des institutrices après le niveau du collège et accueillait même sans doute des élèves plus jeunes. Cette École Normale primaire, appelée ensuite École Sévigné, a été transférée à Sèvres en 1881 du fait de son succès.

Elisa Lemonnier
Frédéric Passy
Emile Levasseur

Il s’agissait dès le début d’un internat : son modèle précède donc, d’une part, l’École Normale Supérieure de Fontenay-aux-Roses fondée en 1880 et chargée de former des formatrices pour les écoles normales et, d’autre part, l’École Normale Supérieure de jeunes filles de Sèvres (ENSJF) chargée de former des enseignantes du secondaire. Des élèves de Sévigné ont alors rejoint et fréquenté ces ENS, à Fontenay et à Sèvres. Sèvres devient à cette saison une véritable capitale de l’élitisme féminin. Alors que l’École Sévigné de Sèvres connaît un vrai succès, on crée dans le même temps un externat à Paris, le Collège Sévigné, voulu notamment par Michel Bréal7 et Edouard Lefebvre de Laboulaye8. C’est Joséphine de Marchef-Girard qui dirige dans un premier temps les deux écoles, l’internat de Sèvres et l’externat à Paris, de 1880 à 1883. Peu de témoignages de l’École Sévigné de Sèvres sont connus à ce jour, les recherches menées en interne au Collège Sévigné ces dernières années visent, entre autres, à faire davantage la lumière sur ce pan de la genèse de l’établissement.  

Michel Bréal
Edouard Laboulaye

Quatre documents essentiels permettent de comprendre les premiers jalons des origines du Collège Sévigné :

Premier document

Le premier document est un témoignage de Camille Sée – auteur de la loi pour l’ouverture d’un enseignement secondaire pour les jeunes filles((Loi Camille Sée du 21 décembre 1880.)) – qui indique clairement l’objectif précurseur de l’école de Neuilly, ancêtre de Sévigné :

« En 1871, un groupe de savants et d’amis éclairés de l’instruction féminine […] songèrent à créer à Paris un établissement nouveau à l’usage des jeunes filles. Ce n’était pas un établissement secondaire ; c’était une sorte d’école normale destinée à former des institutrices. Elle fut installée dans une villa louée tout exprès à Neuilly. Elle y resta jusqu’en 1880. A cette époque la question venait de faire un grand pas : […] l’enseignement secondaire des femmes entrait dans les préoccupations générales9. »

Camille Sée

Deuxième document

Le deuxième document est un témoignage de Frédéric Passy lui-même, qui indique que l’école de Neuilly, transférée en 1881 à Sèvres, est bien l’aînée du Collège parisien fondé rue de Condé, et non, comme on le lit parfois, une annexe. Il insiste sur un point fondamental dans cette expérience : l’existence d’un internat qui permettait une ouverture sociale au-delà du public parisien, un point que n’oublieront pas les ENS de Sèvres et de Fontenay :

« [L’initiative privée] a eu, il serait injuste de l’oublier, l’honneur de donner l’impulsion en donnant l’exemple […]. C’est par un internat qu’elle a débuté. L’École Sévigné, d’abord installée à Neuilly, sous le nom d’École Normale, que personne ni département, ni État, ne lui disputait alors, plus tard transportée à Sèvres, […] est comme le collège du même nom, dont elle est l’aînée, la création de la Société pour la propagation de l’instruction parmi les femmes (SPIF)10. »

Ecole Normale Supérieure de Sèvres où sont formées des futures enseignantes pour le secondaire.
Ecole Normale Sévigné de Sèvres où sont formées des futures enseignantes pour le primaire.

Troisième document

Le troisième document est un témoignage d’une ancienne élève de l’École Sévigné de Sèvres, Jeanne Benaben, ép. Crouzet, qui a ensuite intégré l’ENS de Sèvres et est l’une des premières agrégées de France11. Dans ses mémoires, écrites à la fin de son existence dans les années 1940, Souvenirs d’une jeune fille bête. Souvenirs autobiographiques d’une des premières agrégées de France, elle consacre plusieurs passages à cette école :

« Savez-vous bien, Madame », disait-il [M. Lafaurie, tuteur de Jeanne] à ma mère, « que l’Ecole Sévigné n’est pas la première pension venue ? Elle a à sa tête un comité formé des hommes les plus compétents de notre époque en pédagogie. M. Frédéric Passy en fait partie […]. « Elle est dirigée », poursuivait-il, « par une femme supérieure, Mlle Marchef-Girard, qui est aussi la fondatrice et la directrice du Collège Sévigné à Paris… ((Jeanne Paul Crouzet Benaben, Souvenirs d’une jeune fille bête, souvenirs autobiographiques d’une des premières agrégées de France, Paris, 1971, p. 144.)) »

« On est en train, en ce moment, de créer pour les filles un enseignement secondaire, qui sera sanctionné par un diplôme spécial. Il y aura des lycées et des collèges de jeunes filles comme il y a des lycées et des collèges de garçons. — Eh bien, cette École Sévigné est un lycée avant la lettre, voilà tout. Elle ne délivre pas le diplôme spécial, mais Jeanne aura mieux… je m’entends12 »

Jeanne Paul-Crouzet Benaben

Quatrième document

Le dernier témoignage, enfin, est celui du compte rendu de l’assemblée générale du conseil d’administration de la Société pour la propagation de l’instruction parmi les femmes (SPIF) de l’année 1880 qui suit l’évolution de l’installation des deux écoles et la poursuite de leurs objectifs :

« L’installation dont nous jouissons à Neuilly ne pouvait plus suffire au développement qu’avait pris notre École. […] De cette double considération [le mouvement d’opinion et le fait de rendre accessible l’École Normale aux élèves de Paris] est née, dans l’esprit du Conseil, l’idée du Collège Sévigné. Cette année [1880], ce Collège a été fondé13. »

Collège Sévigné – Rue de Condé
(Photographie par E. Atget)

Il reste beaucoup à apprendre encore sur l’histoire de ces deux antennes de l’Ecole Sévigné, en petite couronne et dans Paris intra-muros : sur ce que devient exactement Joséphine de Marchef-Girard lorsqu’elle quitte la direction de l’externat parisien au profit de Mathilde Salomon, en 1883, par exemple ; ou sur la date et la raison de la fermeture de l’internat de Sèvres, probablement à la fin des années 1880 ; ou encore sur les relations entretenues après 1883 entre les deux sites. Gageons que les recherches en cours nous permettront progressivement d’apporter des réponses à ces différentes interrogations.



Citer ce billet
Lucas Decraene (2024, 18 janvier). Les origines du Collège Sévigné : Neuilly-Sèvres-Paris. Institut de Recherche du Collège Sévigné (IRCS). Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://ircsevigne.hypotheses.org/2092

  1. Cet article est tiré de l’intervention conjointe de M. Jean-Pierre de Giorgio, Directeur Général du Collège Sévigné, et M. Lucas Decraene, chargé des archives du Collège Sévigné lors de la journée consacrée à l’histoire de l’établissement, le 13 mai 2023. []
  2. Elisa Grimailh, ép. Lemonnier (1805-1865), est une éducatrice française. Elle a créé en 1856 la Société de protection maternelle puis, en 1862, la Société pour l’enseignement professionnel des femmes, avec la création de la première école professionnelle pour jeune filles, au 9 rue de la Perle (IIIe arr. de Paris). []
  3. Joséphine Girard dite de Marchef Girard (1827-1891) est une éducatrice française. Durant sa carrière, elle dirige l’école professionnelle du 23 rue de Turenne à Paris, entre 1870 et 1872, puis l’école normale libre d’institutrice de Neuilly, de 1872 à 1880, enfin elle dirige le Collège Sévigné, de 1880 à 1883. []
  4. Frédéric Passy (1822-1912) est un économiste et homme politique français. En 1901, il est le premier lauréat du prix Nobel de la Paix pour sa participation à la fondation de l’Union interparlementaire et pour être l’organisateur du premier Congrès universel pour la Paix. Il a reçu ce prix conjointement avec Henry Durant, fondateur du Comité international de la Croix-Rouge. []
  5. Emile Levasseur (1828-1911) est un historien et économiste français. Il est administrateur du Collège de France de 1903 à 1911. []
  6. La loi Paul Bert du 1er août 1879 relative à l’établissement des écoles normales primaires pour la formation des instituteurs et des institutrices. []
  7. Michel Bréal (1832-1915) est un linguiste français. Il est membre du Conseil d’Administration de la Société pour la propagation de l’instruction parmi les femmes (SPIF) en 1880. []
  8. Edouard Lefebvre de Laboulaye (1811-1883) est un juriste et homme politique français, administrateur du Collège de France entre 1873 et 1883. Il est président d’honneur de la Société pour la propagation de l’instruction parmi les femmes (SPIF) lors de la fondation du Collège Sévigné en 1880. []
  9. Camille Sée, « L’école Sévigné et l’école Monceau », L’enseignement secondaire des jeunes filles, vol. 5, 1884, p. 19. []
  10. Frédéric Passy, « L’instruction des femmes. L’Etat et l’initiative privée », Journal des économistes, août 1885, p. 256. []
  11. Elle s’est classée 4e au concours de l’agrégation de Lettres en 1891. []
  12. Ibid, p. 145. []
  13. Rapport annuel. Société pour la propagation de l’instruction parmi les femmes, 1880, p. 11. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search