Les Justes parmi les Nations du Collège Sévigné

Le 24 mai 2023 a eu lieu au Collège Sévigné une cérémonie de dévoilement de plaques commémoratives en l’honneur de deux Justes parmi les Nations, anciennes élèves du Collège Sévigné : Josèphe Cardin ép. Massé (1921-2008) et Madeleine White ép. Steinberg (1923-1992). Une troisième femme reconnue Juste parmi les Nations et ancienne élève, va être honorée prochainement : Suzanne Mathieu ép. Guimbretière (1923-2016). Dans cet article, nous vous proposons de découvrir leurs parcours respectifs.

Médaille des Justes parmi les Nations

Josèphe Cardin ép. Massé (1923-1992)

 

Josèphe Cardin est élève du Collège Sévigné dans les années 1940. Elle-même catholique, elle se lie d’amitié avec ses camarades d’autres confessions, telle que Pearl Golzmann, qui est juive, ou encore Claire-Anne Despond, qui est protestante. Sa mère est directrice d’école maternelle à Gentilly. “Jo”, comme elle aimait se faire appeler, est révoltée par l’instauration du port obligatoire de l’étoile jaune le 29 mai 1942. Elle décide de porter l’étoile ainsi qu’une ceinture d’étoiles dans lesquelles elle inscrit les lettres du mot V.I.C.T.O.I.R.E et de défiler sur le Boulevard Saint-Michel. Arrêtée, elle est internée au camp des Tourelles à Paris puis à Drancy, considérée comme une Amie des Juifs. Elle y retrouve Claude Hirtz et Suzanne Sahel, deux camarades du Collège Sévigné qui ne reviendront pas des camps de la mort. Antonin Debidour, leur professeur de français au Collège, continue à envoyer ses cours via des lettres écrites à destination de “Jo”, qui les transmet à ses camarades.

Elle est finalement libérée à l’été 1942. En septembre de la même année, Pearl Golzmann et son frère Henri sont accueilli chez les Cardin, les parents de Jo, à Gentilly en raison de l’arrestation de leurs parents, Meileh et Sarah, née Senderson. Plus tard, la famille a également recueilli Anne Wellers et ses deux fils, Michel et André, ainsi qu’Yvonne Netter, avocate parisienne.

Jo a été reconnue Juste parmi les Nations, ainsi que ses parents Joseph-Marie et Albertine Cardin, le 14 décembre 1992.

Classe du Collège Sévigné en 1942.
Josèphe Cardin est la quatrième jeune fille du deuxième rang en partant de la droite. A sa droite se trouve Pearl Golzmann et la deuxième jeune fille à sa gauche est Claude Hirtz. Le professeur au centre est Antonin Debidour.

Retrouvez grâce aux liens suivant les articles publiés par Josèphe Cardin elle-même, dans lesquels elle raconte son histoire. Ces textes ont paru dans la revue Le Monde Juif (aujourd’hui Revue d’histoire de la Shoah) : article n°1, article n°2, article n°3, article n°4.


Madeleine White ép. Steinberg (1923-1992)

Madeleine White est née en Angleterre d’un père anglais et d’une mère française. Elle a passé son enfance à Paris et sa scolarité s’est effectuée au Collège Sévigné durant les années 1930.

En février 1941, sa mère et elle, en tant que britanniques (respectivement par mariage et par naissance) sont arrêtées et internées par les Allemands parce que citoyennes d’un pays ennemi de l’Allemagne nazie. Après un internement dans la caserne Vauban de Besançon, elles sont finalement transférées au camp de Vittel en mai 1941. Elles y restent jusqu’en juillet 1944. Durant sa captivité, elle s’est rapprochée de Sofka Skipwith, princesse russe exilée après la révolution de 1917.

En 1943, plusieurs centaines d’hommes, de femmes et d’enfants Juifs de Varsovie en Pologne, munis de passeports latino-américains, ont été internés à Vittel. Ensemble, Madeleine et Sofka, avec le soutien de plusieurs autres individus à l’intérieur et à l’extérieur du camp, ont pu organiser l’évasion de plusieurs d’entre eux rescapés des rafles au camp de Vittel. En parallèle, elles ont rédigé sur des feuilles de papier à cigarette les noms de ces Juifs venus de Pologne pour les envoyer notamment en Angleterre, en Suisse et au Vatican pour alerter sur leur situation. Malheureusement, deux rafles ont conduit certains d’entre eux à Auschwitz où ils ont été assassinés.

Madeleine a été reconnue Juste parmi les Nations le 25 août 2013. La cérémonie de remise de la médaille des Justes à titre posthume s’est tenue au Collège Sévigné le 11 juin 2014 à la demande de son mari, Jean-Louis Steinberg. Sofka Skipwith a été, quant à elle, reconnue Juste parmi les Nations le 14 juin 1998.

Retrouvez ici la publication produite par le Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah à l’occasion de la remise de la médaille de Juste parmi les Nations à Madeleine White-Steinberg :


Suzanne Mathieu ép. Guimbretière (1923-2016)

En 1943, alors âgée de 19 ans, Suzanne Mathieu est étudiante à la Sorbonne et assure un emploi de surveillante au sein du Collège Sévigné. Elle y corrige également des copies d’élèves en soutien à certains professeurs.

Alors qu’elle se trouve au jardin du Luxembourg, en mars 1943, pour encadrer les enfants, une collègue lui demande si elle souhaite aider au placement d’enfants juifs. Alors, Suzanne et sa mère, Laure Viardot, s’engagent. Elles travaillent au placement d’enfants, auprès de Rachel Lifchitz au service n°5 de la WIZO (Organisation internationale des femmes sionistes) jusqu’à la fin de la guerre. Suzanne assure le convoyage d’une trentaine d’enfants depuis la gare d’Austerlitz jusqu’en Vendée, dans le Loiret et dans la Loire pour les placer dans des familles d’accueil.

Elle a été reconnue Juste parmi les Nations le 04 juin 2001.

Retrouvez le témoignage audio de Suzanne Mathieu réalisé par le comité français pour Yad Vashem en suivant ce lien (souncloud).


Retour sur la cérémonie du 24 mai 2023

La cérémonie qui s’est tenue au Collège Sévigné le 24 mai 2023 a été l’occasion de rendre hommage aux deux premières Justes parmi les Nations citées dans cet article, Jo Massé-Cardin et Madeline White-Steignberg. La figure de Suzanne Mathieu-Guimbretière n’était pas encore identifiée comme liée au Collège Sévigné à l’époque de l’organisation de l’évènement. Prochainement, une cérémonie lui sera également dédiée.

Prise de parole introductive de M. François Veil
lors de la cérémonie du 24 mai 2023.

Ecoutez les chants entonnés par la classe de 5e B dirigés par Mme Chéraqui, professeure au Collège Sévigné :


La Galerie des portraits permet de mettre en lumière les destinées des membres de la communauté du Collège Sévigné : anciennes et anciens élèves, membres du corps enseignant ou encore de l’administration.



Citer ce billet
Lucas Decraene (2024, 19 janvier). Les Justes parmi les Nations du Collège Sévigné. Institut de Recherche du Collège Sévigné (IRCS). Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://ircsevigne.hypotheses.org/1988

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search